Congo Kinshasa : Présentation de la bande dessinée “le mystère de la terre bleue” qui parle du cobalt congolais

Selon le responsable pays de la Friedrich Ebert Stiftung, cette Bande Dessinée est née du souci de partager la réflexion sur l’importance du cobalt congolais et de son rôle dans la fabrication des batteries, clef de voûte de la transformation industrielle du 21ème siècle.

Dans leurs interventions, le réalisateur Albert Luba et le scénariste Roger Beley ont remercié la fondation Friendrich Ebert Stiftung pour cette opportunité. Ils ont surtout remercié Steven Schwersensky pour avoir eu l’idée géniale de démystifier un sujet aussi important pour le développement d’une nation.

La bande dessinée “Mystère de la terre bleue” raconte d’un personnage principal, Steven Kanza, un congolais de la diaspora aux États-Unis. Il est envoyé par une entreprise américaine pour enquêter sur la chute de la production du cobalt, d’habitude si profitable à ses commanditaires. C’est là qu’il découvrira “la face cachée” de l’exploitation de ce minéral stratégique. D’où le titre, “le mystère de la terre bleue”.

A un moment du récit, les auteurs comparent les enjeux actuels autour du cobalt à l’histoire violente de l’exploitation du caoutchouc à l’ère coloniale. Ils prônent un mode de production et de commercialisation du cobalt qui contribuerait au développement juste et durable de la RDC et de l’humanité toute entière.

Ils ont dit pour finir vouloir, par cette histoire, attirer l’attention sur un minéral que nous utilisons peut-être sans le savoir qu’est le cobalt. Les batteries avec les questions fonctionnent les téléphones, les caméras et autres appareils n’existeraient pas sans le cobalt. 70% de cobalt utilisés dans le monde entier viennent de la RDC. On a eu cette idée d’utiliser ce médium populaire qu’est la BD pour produire cette histoire qui tourne autour du cobalt, de l’amour, du sexe… On essaie de s’approcher la réalité

Share This Article:

Related posts

Leave a Comment