Kalemie: Insecurité au Tanganyika Kalemi quelques mois apres le départ de Zoe Kabila

Il est très difficile de vraiment savoir ce que veulent les Congolais.
M. Zoe Kabila, le frère cadet de l’ancien président du Congo, était le gouverneur du Tanganyika.

La province dont la capitale est Kalemi connaissait une croissance et un développement comme jamais auparavant.

L’insécurité dans cette province appartenait au passé, alors le président de la RDC et le parti politique au pouvoir UDPS ont tout fait pour s’assurer de son éviction.
Son péché était le fait qu’il a refusé de faire partie de la nouvelle coalition au pouvoir l’union sacrée pour la République.
Le gouvernement a utilisé les députés provinciaux pour s’assurer que Monsieur Zoe Kabila quite le pouvoir.
Maintenant, la province est ingouvernée.
D’après Radio Okapi L’insécurité qui sévit à la frontière des provinces du Maniema et Tanganyika pousse les populations de ces deux entités politiques et administratives à se déplacer massivement vers d’autres contrées. Des sources concordantes ont renseigné, jeudi 2 décembre, que deux factions de groupes Maï-Maï se sont affrontés pendant quatre jours dans la zone de Kabambare au Maniema. 

Selon ces sources, il s’agit de deux factions des miliciens de Salamabila et ceux de Buhombo dans le territoire de Kabambare qui se sont affrontés pendant quatre jours. 

Des hostilités qui se sont déroulées dans les villages frontaliers du territoire de Kongolo de la province du Tanganyika.  Sept villages environnants la zone théâtre des affrontements sont vidés de leurs habitants. 

L’Administrateur de territoire assistant en charge de l’administration, Joseph Kiteba, a fait savoir que ces combats sont à la base d’un afflux excessif des déplacés. 

« Dans les villages de Pondaluganza, Kagoya, Lubanzalwayo, partout là, les villages environnants ; nous avons des personnes sans-abris, et qui manquent de nourritures », a indiqué M. Kiteba. 

Les déplacés en fuite déplorent l’incendie des maisons dans les villages de provenance. Des déplacés qui expriment déjà des besoins humanitaires pour avoir tout abandonné. 

« A nos populations qui se trouvent le long des villages Lwika de ne pas collaborer avec les inciviques Maï-Maï qui se trouvent de l’autre côté-là et de rester fidèles à Kongolo et à notre province du Tanganyika. Le Tanganyika, nous voulons la paix. Ce n’est pas une province de désordre nous demandons à la population de cultiver la paix.  J’ai fait le plaidoyer auprès des ONG pour les prendre en charge. Espérons-le », a poursuivi Joseph Kiteba. 

Share This Article:

Related posts

Leave a Comment